Bertrand Pelletier (1761-1797)

pelletierIl naît à Bayonne le 31 juillet 1761 d'un père pharmacien Bertrand Pelletier et de Marie Sabatier. Il fait son apprentissage de la pharmacie dans l'officine de son père.

En 1778 âgé de 17 ans, il se rend à Paris où il est formé par Jean Darcet, médecin et chimiste, professeur au Collège royal.

Il connaît aussi Bayen alors apothicaire-major des camps et armées du Roi qui est comme Darcet des amis de son père pharmacien. Il est passionné par les expériences de chimie.

Darcet lui confie la gestion de la pharmacie de son beau-frère Bernard Caubet puis il devient gérant en novembre 1786 de la pharmacie de Guillaume-François Rouelle, professeur de chimie, 48 rue Jacob Paris 6ème, à la mort de celui-ci.

Bertand Pelletier est reçu maître en pharmacie en 1784 et achète alors cette officine. Mais désirant se consacrer à ses recherches dans le domaine de la chimie, il confie cette officine ensuite à son frère aîné Charles Pelletier. Il réalise un mémoire intitulé "sur la cristallisation des sels déliquescens, avec des observations sur les sels en général" présenté ultérieurement à l'Académie des sciences.

En 1784, il épouse Marguerite Sedillot soeur de son ami Jean Sédillot (de la famille de Charles Emmanuel Sedilot, célèbre médecin militaire qui épousera ultérieurement Geneviève Pelletier sa cousine, la fille du fils de Bertrand Pelletier...) qui lui donnera deux enfants.

Il devient membre de l'Académie des Sciences très jeune, à l'âge de 30 ans en 1791. Durant cette année il obtient le titre de docteur en médecine à Reims.

En 1793, il est nommé par la Convention membre du Conseil de Santé des Armées puis membre de la Commission de Santé.

Il aura notamment comme attribution l'inspection des hôpitaux, des casernes, des prisons et autres bâtiments militaires pour se rendre compte de l'état sanitaire.

De 1794 à 1797, il enseigne la chimie à l'Ecole Polytechnique.

Sa carrière militaire s'achève en 1796 à 35 ans.

Après la Révolution, il devient Commissaire des poudres et salpêtres.

Il fut membre notamment de l'académie de Turin, des Sociétés de médecine de Londres et de Paris.

Il décède prématurément à l'âge de 36 ans, le 21 juillet 1797, d'une maladie pulmonaire probablement la tuberculose.

Il réalisa des recherches sur l'étain et le phosphore ainsi que les combinaison de ce dernier avec les autres éléments.

Son fils Joseph Pelletier (1788-1847) devient comme son père pharmacien militaire et découvre en 1829 la quinine avec Caventou (1795-1877).

Bibliographie

Dorveaux Paul. Apothicaires membres de l'académie des sciences : XIII. Bertrand Pelletier. Revue histoire de la pharmacie. 1937, 25, (97) 5-24.

Accueil

Pharmaciens célèbres