Référence : Thèse de Oullieux Sylvie. "contribution à l'histoire de la pharmacie : les pharmaciens de la grande armée" université Claude Bernard Lyon I, 5 décembre 1986.

HACHETTE Jean (1773-)

Né le 1 août 1773 à Paris.

Pharmacien élève à l'armée du Rhin du 20 octobre 1793 au 21 mars 1796.

Aide-major à l'hôpital militaire de Givet le 15 janvier 1812.

Major au corps de réserve de cavalerie de la Grande Armée le 15 avril 1813 à l'hôpital militaire des Oiseaux à Paris, le 1er juin 1814.

Il est réformé le 31 décembre 1814 sans traitement.

Sous-aide major à l'hôpital militaire de Longwy le 30 avril 1836.

Admis à la retraite le 5 octobre 1839 à 66 ans.

 

HASPEL Jean-Claude (1771-)

Né le 4 janvier 1771 à Vezoul en Haute Saone.

Caporal dans le 1er bataillon de volontaires du Doubs le 21 août 1791.

Elève requis à l'armée du Rhin le 16 pluviose an 2.

3ème classe à la même armée titulaire le 16 pluviose an 4. Licencié le 6 mars 1800.

2ème classe au camp de Brest le 9 mai 1804.

1ère classe provisoire à la Grande Armée le 17 mai 1807, titulaire à la Grande Armée le 24 juin 1807.

Principal provisoire au 2ème corps de la Grande Armée le 1er août 1809.

Major à l'armée d'Allemagne le 2 avril 1810.
Pharmacien à l'hôpital de Stettin "très instruit, d'une bonne conduite, exact " état du 8 juillet 1811.

Jacob le rencontre dans cette ville, le 19 août 1812. Ils vont ensemble à la guinguette de Torney. Licencié le 1er juin 1814.

Reçu maitre en pharmacie à besançon le 9 février 1816.

Aide-major à l'hôpital de Cambray le 5 avril 1819.

Major à l'hôpital de Bastia le 29 juillet 1822. A Montmédy le 7 mars 1825. Retraité le 1er janvier 1827.

 

 

 

HEGO Casimir (1767-1806) +

Né 4 mars 1767 à Valencienne. Son père était maître apothicaire dans cette ville.

2 ème classe à l'armée de réserve le 1er septembre 1792.

1 ère classe à l'armée du Nord le 30 avril 1793.

2 ème classe à l'armée de Mayence le 20 brumaire an 7.

1 ère classe au camp de Boulogne le 11 pluviose an 12.

1 ère classe à la Grande armée fait à ce grade la campagne d'Autriche. Il devient pharmacien chef de l'hôpital de Saint-Ulrich à Augsbourg ville de Bavière où l'hôpital militaire est installé en 1805 et il y décède du typhus le 15 janvier 1806 à 42 ans.

Coste le cite dans ses notices :

"le pharmacien de 1ère classe Hego, fils de nos anciens collègues au Conseil de santé, homme assez robuste et de quarante quarante-cinq ans en plus, a payé aussi à Ausbourg du prix de sa vie le dévouement avec lequel il avait demandé à faire cette campagne... Plaignez sincérement Messieurs la digne épouse d'Hego, à qui il a laissé pour tout bien deux enfants trés intéressans mais en bas age".

"1 ère classe attaché au grand quartier général, il est mort en fonction à l'hôpital n°2 d'Augsbourg le 15 janvier 1806. Généralement regrété pour la douceur de ses moeurs, par son zèle et son exactitude au service" (Etat de Brunoy le 1er mai 1806).

Extrait mortuaire de la commune d'Augsbourg hôpital de Saint-Ulrich du registre des décés du dit hôpital a été extrait ce qui suit " le Sieur Casimir Hego, pharmacien en chef de l'hôpital militaire de Saint-Ulrich... est rentré au dit hôpital le 14 janvier 1806 et y est décédé le même jour par suite de fièvre".

 

JACOB Claude-Nicolas (1771-1841)

Né le 23 mai 1771 à Metz en Moselle il est le frère de Pierre Iénée Jacob resté célèbre notamment pas ses carnets.

" Il fut mis de très bonne heure chez les bénédictins de la ville pour y faire ses humanités. A peine sorti du collège il fut placé à l'hôpital militaire de Metz, en qualité de surnuméraire apppointé. Il ne reste que peu de temps attaché à cet établissement et vint à Paris continuer ses études pharmaceutiques et suivre le scours. Il s'attache particulièrement à ceux de Fourcoy déjà dans tout l'éclat de sa réputation. En 1791, la France menacée d'une guerre générale fit appel à ses géréreux défenseurs...Il revint dans son département, s'enrola dans le 3ème bataillon des volontaires de Moselle, fit avec ce corps la campagne de 1792...En 1793, MM Gorcy, Percy et Guèret, officiers de santé en chef de la Moselle, dont il était connu et estimé, le firent requèrir et rentrer dans son ancienne carrière..." *

Sous-aide major requis à l'armée de la Moselle le 16 mai 1794;

Titulaire à l'armée du Rhin le 5 février 1796.

1ère classe provisoire à l'armée du Rhin le 29 février 1796 et titualire ke 31 juillet 1796.

1ère classe professeur à l'hôpital militaire de Strasbourg, le 27 novembre 1800, il donne des cours de matière médicale et de chimie "ses sciences de prédilection". Disponible le 12 décembre 1801.

1ère classe au camp de Montreuil le 8 octobre 1803 puis à la Grande Armée. Il est le pharmacien chef de ce nouvel hôpital qui s'ouvre à Hesdin dans le Pas-de-Calais et a sous ses ordres en 1804 son frère Pierre-Irénée, Midi aide-major, Nogues et Biolay. Les deux frères partent d'Hesdin le 3 septembre 1805 afin de rejoindre le 6ème corps à Stuttgart.
Le 11 octobre la division d'ambulance est engagée dans la bataille d'Haslach (http://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Haslach-Jungingen) à Ulm-Jungingen au Nord d'Ulm près du Danube et presque tout le personnel du service de santé est fait prisonnier. Il est emmené à Insbruck puis libéré le 9 novembre 1805. Il fait sans interruption les campagnes d'Autriche, de Prusse et de Pologne pendant laquelle il est attaché en qualité de pharmacien principal à la réserve de cavalerie.

Principal à la réserve de cavalerie de la Grande Armée, le 4 juillet 1806 puis titulaire le 20 mars 1807. A ce poste "il déploya une activité rare. Dans la direction que parcourut ce corps avec tant de rapidité, il fut constamment chargé du choix des locaux susceptibles d'être convertis en hôpitaux pour nos nombreux malades et pour ceux qu'abandonnait l'ennemi. Dans la seule ville de Varsovie, encouragé par M. Daru, Intendant général de l'armée, qui le faisait appeler jour et nuit, aidé du zèle des magistrats de cette grande cité, il en fit ouvrir dix-sept en moins de six semaines". *

Dans les premiers jours de décembre 1808, l'ordre lui parvient ainsi qu'à son frère de se rendre à l'armée d'Espagne. Ils font le voyage ensemble de Berlin à Madrid où ils arrivent le 7 avril 1809.

Ils sont ensuite séparés et ne se reverront que 3 ans plus tard. Tandis que le cadet est envoyé à Tolède, l'ainé sollicite et obtient de M. Laubert, pharmacien en chef de l'armée d'Espagne, un congé pour retourner à Berlin se marier. Ayant obtenu la permission du ministre son mariage avec Jeanne-Charlotte Reclam, née à Berlin, est célébrée le 14 novembre 1809. Il retourne ensuite en espagne où il est pharmacien principal depuis le 20 novembre 1808. Laubert écrit à son sujet "très instruit, très distingué par la juste sévérité avec laquelle il assure ses fionctions (Etat du 30 décembre 1810).

Pharmacien en chef à l'armée d'Espagne en remplacement de Laubert qui passe à la Grande Armée il est licencié le 1er juin 1814.

Chevalier de la légion d'Honneur nommé à son retour en France à l'hôpital militaire de Strasbourg le 18 novembre 1814.

Pharmacien en chef professeur à ce même hôpital le 8 janvier 1815 au 5ème corps d'armée le 11 avril 1815 puis à l'hôpital militaire de Strasbourg le 20 août 1815.

Admis à la retraite le 27 septembre 1826 à l'âge de 55 ans.

Il décède le 5 janvier 1841 d'une attaque d'apoplexie à Sainte-Marie aux Mines à 70 ans.

* Notice nécrologique sur M Claude Jacob. Recueil de mémoires de Médecine de chirurugie et de pharmacie militaire. 1841, 41, 385-389.

 

JACOB Pierre-Irénée (1782-)

Né le 27 juin 1782 à Metz, c'est le frère cadet de Claude Jacob lui aussi Pharmacien militaire à la Grande Armée.

 

JOURDA Joseph () +

Cité dans l'état nominatif de MM. les officiers de santé.

Décédé à Wilna à la suite de la retraite de Moscou.

 

JODAS François-Victor (1773-1832) +

Né le 12 août 1773 à Soissons.

Elève de l'armée de réserve le 15 avril 1793. Il est à l'armée du Nord le 12 floréal an 3 puis à l'hôpital militaire d'Instruction de Lille le 15 vendémiaire an 10.

A la Grande Armée le 1er août 1806.

1er classe à la Grande Armée le 15 juin 1807 puis à l'armée d'Espagne le 4 novembre 1808.

Au dépôt de médicaments de Bayonne le 1er février 1811.

Principal à la Grande Armée le 21 mars 1813 et licencié le 1er juin 1814.

Major adjoint à l'hôpital militaire de Lille le 14 octobre 1814.

2ème professeur à l'hôpital militaire de Lille

1er professeur à l'hôpital militaire d'instruction de Metz le 20 juin 1815.

Décédé du choléra en combattant l'épidémie de choléra de Metz le 20 août 1832 à l'age de 59 ans en laissant "une famille désolée et dénuée de fortune".

 

LABEILHE Joseph-Marie (1777-)

Né le 2 mars 1777 à Beziers.

Sous-aide-major à l'armée d'italie le 19 septembre 1805.

Aide-major-à l'armée d'Observation de la Gironde le 17 décembre 1807.


Major à la Grande Armée le 29 mars 1812. Fait les campagnes de Russie et de Saxe.

Licencié le 4 septembre 1814.

Nommé au 9ème corps d'armée le 27 avril 1815.

Licencié le 19 octobre 1815.

 

 

LABOULBENE (1786-1809) +

Né le 9 mars 1786 Lot et Garonne d'un père traiteur à Agens.

il fait 6 ans d'étude chez M Villey pharmacien rue Neuve Sainte Catherine à Paris.

Conscrit de 1806, réformé définitivement le 9 novembre 1807 car il est atteint "de vice dartreux".

Il se fait recommander par son excellence le Grand Chancelier, comte de Lacepede le 17 janvier 1809 afin d'entrer au sein du service de santé de l'armée.

Sous-aide-major à l'armée d'Allemagne, division du Général Boudet le 13 février 1809.

le 1er décembre 1810, son père n'ayant reçu aucune nouvelle s'inquiéte car en effet "cet enfant très exact à écrire me donnait fréquemment de ses nouvelles pendant toute la dernière campagne d'Allemagne où il était employé dans la division du général Boudet, sa dernière lettre est datée de Brunn en Modalvie le 3 septembre 1809".

Le 8 septembre 1809, il écrit à sa famille qu'il est atteint depuis quelques jours d'une fièvre.

Un mois plus tard, il décède le 11 ou 12 octobre 1809 à l'hôpital de Nicolsbourg à 23 ans.

 

LACARTERIE (1792-)

Né le 3 août 1792 à Poitiers.

Sous-aide-major aux armées d'Allemagne le 30 mars 1809 puis passe en Espagne le 31 juillet 1810.

Aide-major à la Grande Armée le 1er mai 1813.

2 ème professeur à l'hôpital d'instruction de Lille de 1825 à 1834.

Major 2ème professeur à l'hôpital militaire d'instruction de Metz de 1834 à 1845.

Principal le 6 mai 1836.

Pharmacien en chef 1er professseur du Val-de-Grace de 1845 à 1850.

Retraité le 3 mai 1852 à 60 ans et décède le 29 juillet 1864 à 72 ans.

 

LAFARGUE François (1785-)

Né le 24 février 1785 à Saint Sever de Russan dans les Hautes Pyrénées.

Sous-aide-major à l'hôpital militaire de Wessel le 7 novempbre 1806;

Aide-major aux armées d'Allemagne le 30 mars 1809.

Chargé de service à l'hôpital militaire de Znaim en Autriche pendnat 4 mois. A Krems le 11 novembre 1810 puis à Magdebourg le 15 septembre 1810.

Major à la Grande Armée le 15 janvier 1812.. Chargé de service à l'hôpital des officiers à Moscou pendant 2 mois et demi. Blessé au genou par un biscayen (balle qui entraient ordinairement dans la charge à mitraille) au passage de la Berezina.

Blessé au bras droit d'un coup de lance à la sortie de Wilna. Il est a Wilna dans la nuit du 9 au 10 décembre 1812 car il est témoin de son confrère François Chaumont.

Au 3 ème corps d'armée 1ère division le 18 novembre 1812. Décoré de la légion d'honneur sur le champ de bataille de Dresde.

Major au grand quartier général le 30 janvier 1814 puis licencié le 1er juin 1814.

A l'armée de Paris le 14 mars 1815 et à l'ex-garde le 15 avril 1815 puis licencié le 1er septembre 1815.

Aide-major à l'hôpital civil de Mézières le 22 septembre 1817, les hôpitaux militaires de Rocroy le 30 décembre 1818, de Toulouse le 20 août 1820 et de Nancy le 10 octobre 1820.

Major au 1er corps des Pyrénées le 5 mai 1823, aux hôpitaux militaires de Phalsbourg le 3 février 1824, de Rocroy le 20 juin 1825, de Saint Omer le 28 mai 1827, de Gives le 26 novembre 1827, de Thionville le 7 juin 1832.

Licencié le 5 octobre 1835;

A l'hôpital militaire de Nancy le 2 février 1836 faisant fonction de Principal.

Admis à la retraite le 7 février 1839.

 

 

LAMOTTE Baltazar-Guillaume-Jacques (1768-1810) +

Il est né le 10 février 1768 à Dunkerque, son père est maître en pharmacie.

Apprentissage en qualité d'élève à l'hospice général de Dunkerque du 9 septembre 1784 au 19 février 1788.

Pharmacien en chef de cet hospice à cette époque jusqu'au 15 juillet 1790.

En 1790-1791 au laboratoire du Jardin des Plantes pour y faire toutes les opérations nécessaires au cours de Monsieur le conseiller d'Etat M. Fourcroy et de M. Brognard professeurs.

Requis le 24 août 1793 au service des fièvreux du couvent des Pénitentes de Dunkerque. Reçu Maître en pharmacie le 18 janvier 1799 à Dunkerque.

Il quitte Dunkerque le 21 mai 1806 pour s'installer à cassel. Le 19 avril 1809 "résolu d'entrer au service de sa majesté l'Empereur et Roi", il solllicite une commission de pharmacien militaire.

Aide-major aux armées d'Allemagne en 1809.

Décédé à Vienne dans l'exercice de ses fonctions à l'hôpital Renneveg n°1 le 4 février 1810 à 42 ans

 

LARIVE Jean-Baptiste-Auguste (1796-1812) +

Né le 7 mai 1796 à Arbois dans l'Aisne.

Fils naturel de Marie-Anne Appoline Larive, couturière et de Jean-Baptiste Lebouvier notaire à Arbois.

Son temps d'étude est de 3 ans de pharmacie à Dormans dans la Marne de mars 1809 à 1812.

Sous-aide-major au 9ème corps de la Grande Armée le 5 août 1812, Larive n'a alors que 16 ans. Jacob le cite dans son journal.

Larive arrive passe la Berezina le 28 novembre avec une partie du service pharmaceutique et il est alors attaché à la division de Jacob.

"un pharmacien-sous-aide, M. Larive très jeune et très inexpérimé que l'on m'adjoignit à Wilna, avec mission de la diriger au moment le plus favorable sur le Grand Quartier Général".

En janvier 1812, Jacob n'a pas vu reparaître Larive. Un état du pharmacien chef daté du 15 février 1812 indique que "sa position est inconnue au retour de la campagne de Russie". Il a alors 16 ans.

 

LATAPIE Jean-Antoine (1778-)

Né le 2 avril 1778 à Villefranche dans l'Aveyron.

3ème classe à l'armée des Pyrénées le 14 août 1794. Licencié le 6 novembre 1795.

A l'hôpital militaire de Toulouse le 9 août 1798 puis à l'hôpital de Marseille le 21 mai 1799.

A l'armée d'Italie le 17 avril 1800 puis licencié e 24 avril 1801.

Aide-major à l'armée d'Italie le 17 mars 1807.

Major à l'armée de Dalamtie le 10 mars 1809, passé dans les divisions actives de cette armée à celles d'Allemagne.

Au corps d'observation de l'Italie le 12 novembre 18013.

Licencié le 1er juin 1814.

 

LEBEL Nestor ( 1775-)

né le 26 février 1775 à Saint Serni dans l'Aveyron.

Il est le fils de Jacques Lebel avocat et notaire royal de Saint Sernin. Il fait une année d'étude.

Il est requis à l'armée d'Italie le 28 avril 1795 puis 3 ème classe le 21 messidor an 6 puis à l'armée d'Orient le 6 frimaire an 8, à l'armée d'Italie le 27 germinal an 8.

Licencié le 25 vendémiare an 9. A l'armée d'Italie le14 frimaire an 9. A l'armée de Dalmatie le 15 mai 1807.

Aide-major à l'armée d'Illyrie le 9 août 1812. A la deuxième division du corps d'Observation de l'Italie le 15 janvier 1813.

Major à la Grande Armée à la Grande Armée le 1er mai 1813.

Une lettre de Lebel datée du juin 1816 indique qu'il est rentré de la Grande Armée en France avec la garnison de Glogau ; il a donc probablement été fait prisonnier pendant la campagne de Saxe.
Licencié le 1 juin 1814 à son retour.

Aide-major à l'hôpital militaire de Saintes du 18 novembre 1814 au 1er septembre 1815.

 

 

LE BRUN Félix-Charlemagne ( )

Né à Mesnil Montant département de la Seine et Marne.

Certifié pharmacien de la Grande Armée selon Laubert comme pharmacien sous-aide.

LECOINTE Alexandre (1782 )

Né le 26 février 1782 dans le Pas de Calais.

Sous-aide-major au camp de Boulogne le 1er février 1804;

Il fait la campagne d'Autriche où il tombe gravement malade. Aide-major à la Grande armée 4ème corps 1ère division le 15 juin 1807 (Etat de Brunoy d'avril 1807).

Il fait ensuite la campagne de Prusse et de Pologne et celle de Poméranie Suécoise.

Aide-major à l'hôpital de Glogau puis à l'hôpital de Hambourg le 7 novembre 1811.

Major au 2ème corps d'Observation de l'Elbe le 12 janvier 1812 à Glogau.

Il fait ensuite la campagne de Russie car Jacob le rencontre à la mi-décembre à la pharmacie de l'hôpital militairee de Kovno où il a trouvé refuge.

Le 21 février 1813, les officiers de santé en chef de l'hôpital militaire de Settin lui délivrent le certificat suivant " est atteint depuis plusieurs mois d'une affection de poitrine à laquelle il avait des dispositions et qu'on déterminé les privations et les fatigues de la campagne dernière"

Le 20 mars 1813, Lecointe est à Erfurt comme chef de la pharmacie de l'hôpital.

 

LEGENDRE Victor (1786-)

Né le 5 février 1786 à Careutan dans la Manche. ces parents décédés étaient ex-entrepeneur.

Une première recommandation est adressée au Ministre pour ce jeune homme conscrit de 1806. La demande se solde par un refus car Legendre n'est pas libéré de la conscription. Il est réformé le 18 octobre 1807 et réitère sa demande.

Sous-aide-major à l'Armée d'Allemagne le 24 février 1809.

A l'hôpital militaire de Breda en Hollande le 2 ami 1810.

A l'armée de Catalogne le 8 novembre 1810.

Licenciée le 1er juin 1814.

 

LENEVEU

 

Il est pharmacien principal des 5ème et 6ème corps de la Grande Armée à Breslau en septembre 1806.

Il est principal du 2ème gouvernement en août 1806.

 

LEO François (1784-)

Né le 11 février 1784 à Briey en Moselle.

Elève à l'hôpital militaire de Metz le 16 vendose an 5.

3 ème classe à l'armée du Rhin le 22 pluviose an 6 puis licencié le 22 ventose an 8.

Il est réemployé à la même armée le 13 floréal an 8.

A l'hôpital de Metz le 6 frimaire an 9 puis à l'hôpital militaire de Strasbourg le 16 décembre 1806.

A la Grande Armée le 13 mars 1807, comme aide-major le 24 juin 1807.

Major aux armées d'Allemagne le 30 mars 1809. Au 6ème corps de la Grande Armée il passe en Espagne le 1er janvier 1810. Licencié le 1er juin 1814.

Aide-major à l'hôpital d'instruction des armées de Metz le 18 novembre 1814.

Major démonstrateur au même hôpital le 5 octobre 1816.

Chargé du dépôt de médicaments de Metz le 15 septembre 1823.

Licencié par suppression d'emploi le 21 juillet 1835. Retraité le 27 octobre 1835 à 51 ans.

 

 

 

LEOARDI Victor-Amédée

Né le 21 novembre 1786 à Vérone département de Marengo;

Reçu pharmacien par le conseil supérieur civil et militaire de Turin le 24 messidor an 12 (13 juillet 1804).

Sous-aide-major requis pour la 27ème division le 1er septembre 1807.Confirmé pour l'armée d'Italie le 27 janvier 1809.

Fait la campagne d'Allemagne attaché à l'ambulance de la division commandée par le général Serras puis passé au Corps agissant dans le Tyrol le 6 décembre 1809;

A l'armée d'Illyrie le 28 mars 1801. Passé en Dalmatie le 4 avril 1810.

A la 1ère division du corps d'Observation d'Italie le 15 janvier 1813 qui devient le 4ème corps de la Grande Armée.

Aide-major à la Grande Armée le 16 juin 1813.

 

LEVAUCHE Yves-Pierre ()

3ème classe au corps de réserve à Arras le 1er germinal an 12.

A la Grande Armée au 5 ème corps. A l'hôpital militaire de Strasbourg en avril 1806 (Etat de Brunoy).

2ème classe à la Grande Armée à la 1ère division du 5ème corps à thorn le 25 avril 1807 provisoirement est confirmé le 15 juin 1807.

Aide-major à l'armée d'Espagne le 20 novembre 1806.. Atteint par une grave maladie, il est en congé le 22 mai 1810. Il se voit contraint de poser sa démission qui est acceptée par le Ministre le 24 novembre 1810.

Reçu Maître en pharmacie de l'Ecole de Paris en 1811.

Le 8 juin 1811, il réclame sa réintégration.

Major à la 17ème division le 13 août 1811 selon l'Etat du 20 novembre 1811. "il est rempli de connaissance et de talens".

Major à la Grande Armée le 29 mars 1812, il fait alors la campagne de Russie car Jacob le cite dans son journal alors que Levauche est à Kovno.

Pendant la campagne de Saxe, il reste au dépôt de médicaments à Magdebourg (Etat du 22 novembre 1813).

Licencié le 16 août 1815.

 

LIBERT Stanislas (1775-)

Né le 7 mai 1775 à Lille dans le Nord.

3 ème classe à l'hôpital militaire de Lille le 1 août 1792<.

2 ème classe aux ambulances de l'armée du Nord le 7 juillet 1793.

A l'armée du Danube le 29 floréal an 7 puis l'armée du Rhin le 27 germinal an 8. A l'armée de Batavie le 25 floréal an 10.

Au magasin de médicaments à Rennes le 11 floréal an 11 puis à l'armée de Batavie le 3 prairial an 11.

A l'armée de Hanovre à Breda le 1er fructodor an 11.

2 ème classe à la Grande Armée le 17 août 1806.

Il est à Wurtzbourg très malade et retenu à l'hôpital du 15 octobre 1806 au 10 janvier 1807.

1 ere classe nommé provisionnement par l'intendant général de la Grande Armée (selon l'Etat de Brunoy du 25 avril 1807 il est déjà de 1ère classe au 6ème corps, 3ème division à Thorn).

Confirmé à la Grande Armée le 15 juin 1807.

Il est à Vienne le 14 mars 1810.

Je soussigné pharmacien en chef de l'armée d'Allemagne, ancien inspecteur général du service de santé des armées, membre de la légion d'honneur...déclare en outre que le zèle de ce pharmacien major s'est toujours tellement soutenu, malgré sa mauvaise santé, qu'il n'a jamais attendu sa parfaite guérison pour demander à reprendre du service, ce qui me mettait dans la necessité de lui choisir l'un des postes les plus stables de l'armée, afin de lui éviter des courses et des fatigues qui l'auraient exposé à de fréquentes rechutes.

J'atteste encore avec plaisir que cet officier de santé a toujours mérité, tant par sa conduite morale que par son exactitude au service et ses connaissances, l'estime et la considération des officiers de santé en chef qui ne voient jamais partir avec plaisir ceux de leurs collaborateurs qui, comme M. Libert, s' attachent à honorer leur robe;

Au quartier général à Hanove, le 12 octobre 1810 Brunoy.